Quentin Mosimann

Quentin Mosimann
Interviews
Quentin était le Dj Guest de la God Is a DJ @ Duplex. Soonnight a pu lui poser quelques questions avant qu'il puisse enflammer le dancefloor!


Soonnight : Salut Quentin, nous sommes au Duplex pour la God is a DJ, as-tu prévu un set spécial ?


QM : S  alut Soonnight, je suis très excité d’être à cette soirée. J’ai prévu un set spécial dans le sens où je suis blindé de nouvelles productions de tous mes amis DJ tels que Da Fresh, Teo Moss, Eric Daniel ou encore Dj Antoine. Ensuite, j’ai mes propres productions qui ne sont pas encore sorties et puis mes nouveaux remix.


Soonnight : Tu es un personnage à part de la scène électronique française en étant Chanteur, Dj, Producteur, Remixeur. Peux-tu nous expliquer ton parcours ?

QM : Mon parcours est simple. J’ai commencé à mixer à l’âge de 13 ans.  J’avais des platines qui n’avaient pas de pitch, c’est-à-dire que je « pitchais » en fonction du premier cue et je lançais. J’avais de la chance si cela tombait sur le même BPM. Ensuite, j’ai eu mes premières CDJ 400. Quelque temps plus tard, je m’inscris à l’émission que tout le monde connaît, qui m’a donné un bon coup de pouce et qui m’a permis de rencontrer les bonnes personnes notamment Fred Rister, Tocadisco avec qui j’ai bossé. Bien sûr, je n’oublie pas Christian Sims et John Revox, qui ont toujours été là pour moi.


Soonnight : Quelle rencontre t’a aidé professionnellement ?

QM : La rencontre qui m’a fait le plus avancer est celle avec Fred Rister. Je parle bien entendu, avant l’émission car la rencontre de base reste Christian et John. Tous les jours je progresse, j’apprends. C’est un éternel commencement.


Soonnight : Tu parles beaucoup de Christian Sims et John Revox, pourquoi avoir créer ce trio atypique d’un chanteur et 2Dj ?

QM : Hot Vocation est un trio de Dj. Christian est axé essentiellement sur la production et les mix, John est basé également sur la production mais aussi les percussions en live et puis moi-même au chant et aux productions. L’idée est venue toute seule. On a sorti notre premier titre « Hot Vocation », et qui est resté le nom du groupe. C’est une amitié qui dure depuis le début et qui continue. On progresse tous les 3, on voyage dans le monde entier et surtout, on a un public fidèle.


Soonnight : Lors de tes nombreux voyages, quel pays t’a le plus marqué par la qualité de son public ?


QM : Je dirais le Nord de la Belgique, côté Flamand, car les gens sont des connaisseurs. Par exemple, j’ai mixé au Captain, une grosse salle Hardstyle, j’y ai fait le Warm Up, c’était fantastique. Sinon, je citerais Ibiza, qui évidemment est un excellent public. La Suisse, tout comme le Nord et la Côte d’Azur sont des publics sympathiques.


Soonnight : As-tu une anecdote fun qui s’est passée durant un set ?

QM : J’en ai pleins. Lorsque j’ai mixé au Redlight, j’ai manqué de tomber de 6 mètres car je monte sur les platines. Je suis un peu spécial quand je mixe, j’aime bien scratcher avec mes pieds (rires). Sinon, au Titan à Lyon, je venais de sortir de l’émission. Les gens se demandaient ce que je faisais là et il a fallu les convaincre. À la fin, ces mêmes personnes sont venues me féliciter et s’excuser de m’avoir critiqué.


Soonnight : Quelles sont tes principales influences au niveau production ?


QM : Mes principales influences sont axées sur des lignes mélodiques, c’est-à-dire Deadmau5, John Dahlback. Après pour les rythmiques, se sont Christian et John. Et puis, si on va plus loin, on trouve les Tiestö, Armin Van Buuren et Daft Punk. Dans mes influences Jazz, sa va de Paul Anka à Michael Bubbley en passant par St Germain des Prés. Mes influences sont diverses et variées. Lorsque je fais des breaks en électro, j’aime bien caser une 5ème ou une 7ème.


Soonnight : Grâce à tes influences diverses, tu as fait un album à double tranchant. Pourquoi avoir choisi un tel concept ?

QM : J’ai fait un album très accessible avec une partie Jazz et une partie Electro. Je ne voulais pas être le Nième mec qui sort de l’émission et qui fait encore un album de variété. Je voulais surtout voir si le public était là pour ma musique ou pour mon image à travers l’émission. Les gens ont suivi et l’album a été disque d’Or.


Soonnight : Tu es en pleine tournée Duel Tour, que peux-tu nous en dire de cette tournée ?


QM : La tournée Duel Tour est à l’image de mon album. Elle est très accessible, variée avec différents styles musicaux. Je suis accompagné par 4 instrumentistes. Pour ma part, je jonglerais avec différents instruments ainsi que les platines. C’est très interactif. Si tu tapes duel tour-Quentin Mosimann, tu tomberas sur un teaser qui montre l’identité de la tournée.


Soonnight : Y a-t-il un album en préparation ?


QM : L’album arrive l’année prochaine. Peut-être qu’il y en aura deux pour rester dans le même délire que le premier.


Soonnight : As-tu une idée de personnes avec qui tu aimerais collaborer ?


QM : J’ai déjà réalisé mon rêve avec Fred Rister. Il y en a beaucoup d’autres, mais lorsque l’on dévoile ses rêves, ils ne se réalisent pas !


Soonnight : Aimerais-tu touché d’autres publics avec d’autres styles musicaux ?


QM : Oui, c’est certain ! Je dois t’avouer qu’une personne vient me voir sur scène durant ma tournée, avec qui une collaboration peut-être possible. Mais cela reste encore un secret sur l’identité.


Soonnight : Et quel style aimerais-tu toucher ?


QM : Je remixe souvent du classique comme Mozart, Ravel ou Bach. Mais pour l’instant, je préfère garder mes influences Underground/Electro et pourvoir m’éclater dans le Jazz.


Soonnight : Que peut-on souhaiter à Quentin Mosimann ?

QM : De faire plus souvent des interviews pour Soonnight !


Un grand merci à Quentin et Maud!
Interview réalisée par Angélique

Voir plus d'articles

Partager sur Facebook