Les Stentors

Pour faire connaissance avec Les STENTORS, mieux vaut d’abord laisser de côté quelques idées reçues. Non, un chanteur d’opéra ne campe pas dans sa tour d’ivoire, ignorant son époque, pour vénérer les ors des siècles derniers et la rutilance des opéras du monde entier. Ceux dont on parle ici aiment le surf et la moto, les blagues de potache, les sorties entre potes. Quatre garçons bien dans leur temps qui, lorsqu’ils ne chantent pas les grands airs, écoutent autant Michael Jackson, Johnny Hallyday, Charles Aznavour, le rock de U2, Björk et Radiohead que Mozart, Rossini ou Berlioz... Selon eux la musique est universelle, peu importe sa classification pourvu qu’il y ait l’émotion… partagée …et la passion !



L’aventure des STENTORS commence il y a deux ans. Bien qu’il mène une belle carrière à l’Opéra, le baryton Sébastien Lemoine n’a jamais oublié son amour pour la chanson française. Il en a même fait un spectacle, « des Airs du temps », dans lequel il entremêle les chefs-d’oeuvre de Brel au grand répertoire de Verdi. C’est là, face à son succès, qu’il songe pour la première fois à former un groupe: « L’idée n’était pas de transformer la variété en airs d’opéra, mais de mettre nos voix et leurs techniques au service de ces standards. Aucune hérésie dans cette démarche, car malgré les différences, les deux registres présentent un immense point commun : quelque soit le style de musique, on raconte toujours les mêmes histoires ».
 
Reste à savoir qui formera le quatuor. Le monde de l’Opéra est petit ; Sébastien y compte beaucoup d’amis. Il en appelle trois parmi les plus talentueux… qui acceptent sans hésiter. Comme lui, ils pensent que mélanger les genres est une richesse « Notre génération est venue à la musique par les tubes qu’on entendait à la radio. Ils font partie de nous, de notre culture musicale… », expliquent les ténors Mowgli Laps et Mathieu Sempere.

Le groupe ainsi formé, il faut maintenant lui trouver un nom. C’est l’autre baryton du groupe, Vianney Guyonnet qui le trouve : ce sera Les STENTORS, en référence à ceux qui, dans l’Antiquité grecque, transmettaient les ordres aux soldats, de leurs voix puissantes. Un premier album sort fin 2010 pour le marché suisse. Puis, vient le temps du deuxième opus. Les quatre artistes savent ce qu’ils veulent : explorer le patrimoine musical de nos régions, chanter la France et ses terroirs, ceux d’où ils viennent, ceux où toute l’année ils se produisent. L’aventure peut commencer…
 
« Il fallait que les chansons qui composent cet album soient connues partout en France, et qu’elles signifient quelque chose dans les régions concernées. Pour bien les réinvestir, il fallait aussi qu’obligatoirement on les aime, qu’elles nous touchent. Nous en avons présélectionné plus de trente pour n’en retenir finalement qu’une douzaine », explique Sébastien Lemoine. C’est ainsi que l’hymne ch’ti « Les Corons », le traditionnel breton « Pardon Spezed », le parisien « Châtelet - Les Halles » ou le corse « À Voce Rivolta » se retrouvent là. « Pour chaque titre, nous avons cherché les bonnes harmonies, les bons arrangements, les émotions les plus justes. Il ne s’agissait pas de faire un simple calque, mais d’apporter quelque chose de nouveau, d’y mettre notre touche ».
 
Mission accomplie. L’album des STENTORS réussit le beau challenge de nous surprendre et de nous émouvoir encore avec des chansons pourtant si souvent reprises mais pourtant jamais revisitées ainsi. Un parfait instantané de la culture et de l’histoire de nos belles régions de France, aussi. Le tout dans la grande tradition des chansons à voix. A quatre voix. Immenses. Bouleversantes. Et qu’on devrait beaucoup entendre dans les temps qui viennent !